Journée pour le Népal à La Thuile

Journée pour le Népal à La Thuile

Le village en effervescence

 

 

Ce samedi fut une magnifique journée d’échanges culturels à La Thuile. Initié par le CAF de Chambéry, cet évènement, très soigneusement préparé, restera marqué dans la mémoire de chacun, tellement la fête a été variée et complète. Tout le projet s’est construit sur une alliance avec l’association Solida Trail Sherpa, et plus particulièrement avec Lakpa Geljen, népalais et gardien de refuge, dans l’objectif de récolter des fonds pour la scolarisation des enfants népalais. Depuis la mi-août, une très belle exposition des dessins de Jean Mazas sur le Népal, était installée et visible chaque weekend à la mairie de La Thuile. Le samedi matin, les coureurs du trail sont partis sur deux circuits de 10 km et 20 km aux alentours du lac de La Thuile : 27 hommes et 30 femmes sur le circuit court, 32 participants sur le plus long. Petite frayeur avant la course ; suite à l’arrêté préfectoral proscrivant deux jours avant la randonnée sur le chemin du tour de plateau de la Leysse, l’un des parcours a été légèrement modifié. Les résultats ont dévoilés plusieurs bons coureurs et coureuses ( ! ), très jeunes parfois, originaires du plateau. Les enfants ont eu aussi leur course autour du lac, pendant l’après-midi. Tout au long de la journée, il était agréable de se promener au-dessus de lac parmi les stands d’un village de producteurs (fromage, charcuterie, miel et glace). S’y trouvaient également plusieurs associations œuvrant pour le soutien au Népal, ainsi que des jeux pour les enfants. Les partenaires étaient présents également : Allibert, Satoriz, Le Vieux Campeur, Roue Libre, et la Mairie de La Thuile. La soirée était consacrée au Népal. Une conférence avec diaporama dans la salle polyvalente, réunissant près 120 personnes, faisait l’état des lieux des urgences au Népal après le tremblement de terre, et les difficultés liées au blocus de l’Inde, privant le Népal d’approvisionnements vitaux. Des conséquences dramatiques pour la population, qui a malgré tout encore l’énergie de se relever et reconstruire. 180 repas népalais, l’excellent « dahl », étaient ensuite servis, avant de découvrir encore, à travers une projection filmée, la passion d’un sherpa népalais devenu guide de haute montagne, grâce au soutien d’un couple français amoureux du Népal. Chacun est donc reparti plein de souvenirs et d’espoir.

Article paru dans le Dauphiné Libéré

texte et crédit photo : Maeva Bouachrine